Historique – introduction

Et si on terminait le travail? – Chronologie d’événements importants pour le remplacement du système électoral[1]

Le changement du système électoral est débuté depuis longtemps. Au Québec, il a même failli se réaliser entre 2001 et 2008, avec, comme événement central, le dépôt d’un avant-projet en 2004. Octobre 2019 fait maintenant l’objet de bien des espoirs, puisque c’est l’échéance que s’est donnée le gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) pour déposer le projet de loi promis. Des événements marquants se sont aussi produits sur la scène fédérale et dans plusieurs provinces, mais en empruntant des chemins différents et sans encore se rendre jusqu’au dépôt d’un document législatif.

Sans faire l’histoire complète des actions parlementaires et citoyennes liées au remplacement du système électoral, incluant des actions pour diversifier la classe politique, il est essentiel de souligner quelques événements marquants, même s’ils n’ont pas encore procuré des victoires.

Mais avant, soulignons la contribution de deux organisations dédiées au changement du système électoral. Sur la scène québécoise, il s’agit du Mouvement démocratie nouvelle, né en 1999, et du côté fédéral et dans plusieurs provinces, de Fair Vote Canada ‑ Représentation équitable au Canada (FVC-REC), né en 2001. Par leurs actions spécifiques et en rassemblant les mouvements sociaux, ces deux organisations ont abattu un immense travail pour informer la population et faire pression sur les pouvoirs politiques.

Prendre connaissance de mobilisations citoyennes et actions parlementaires significatives permet non seulement de constater le chemin parcouru et de tirer des enseignements pour le poursuivre. Cela permet aussi de prendre la mesure de la motivation d’organisations, ainsi de  militantes et de militants, malgré  l’épuisement dû à des campagnes successives et la tristesse qu’elles n’atteignent pas les résultats escomptés. Leur persistance est la plus belle démonstration de la nécessité du changement du système électoral.

Les mots du poète espagnol Antonio Machado s’appliquent bien à une quête démocratique comme celle d’un bon système électoral. Le trajet est long, mais «le chemin se fait en marchant[2]

[1] Note générale : La plupart des documents de référence mentionnés dans les notes de bas de page sont disponibles sur le site de l’autrice, dans la section « Documentation ». Certaines informations de ce document sont issues des recherches effectuées par l’autrice pour le MDN dans le document Jalons historiques 1834-2013

[2]«¡Caminante no hay camino, se hace el camino al andar!» Antonio Machado.